[AAC] Patrimoines invisibles : processus, formes et narrations

Arras/Amiens (26 et 27 septembre 2024)

Les propositions de communication (1500 signes) devront parvenir aux membres du comité d’organisation avant le 15 mai 2024.

Comité d’organisation :

Tiphaine Barthelemy, UPJV, UR Habiter le monde, tiphaine.barthelemy@u-picardie.fr

Nathalie Gauthard, U. d’Artois, UR Textes et Cultures, nathalie.gauthard@univ-artois.fr

Séverin Guillard, UPJV, UR Habiter le monde, severin.guillard@u-picardie.fr

Sophie-Anne Leterrier, U. Artois, CREHS, sophieltrr@free.fr

***

Cette histoire (celle de l’esclavage) est absente de Lagos. Il n’y a pas de monuments pour rappeler cette grande blessure. Il n’y a pas de journées commémoratives ni de musée… Il n’y a rien (…)  Ici, on doit toujours oublier hier. Pourquoi l’histoire n’est-elle pas un objet de débats ?

Teju Cole, Chaque jour appartient au voleur, Éd. ZOE, 2018 (tr.fr.), p.127.

De cette vague, qui reflue des souvenirs, la ville s’imprègne comme une éponge et se dilate (…) La ville ne dit pas son passé, elle le contient tout entier comme les lignes d’une main, écrit à l’angle des rues, aux grilles des fenêtres, aux rampes des escaliers, aux antennes des paratonnerres, aux hampes des drapeaux

Italo Calvino : Les villes invisibles, Folio/Gallimard, 2019 (tr.fr.), p.18

Les remarques de Teju Cole peuvent sembler incongrues dans des sociétés contemporaines généralement caractérisées par une extension sans précédent du domaine du patrimoine, parfois qualifiée d’« inflation » voire de « folie » patrimoniale » (Choay 1996, Heinich 2009, Jeudy 1990). Ce développement, d’abord nourri par les institutions (Chastel, in Nora 1996, Poulot 2006) s’est amplifié à la fin du XXème siècle du fait de l’émergence de nouveaux acteurs, de nouveaux objets et de nouvelles catégories de patrimoine, à commencer par celle de Patrimoine culturel immatériel – ou PCI (Fabre 2013, Bortolotto 2011, Hafstein 2018). Pourtant, au cœur même des espaces les plus patrimonialisés, n’y a-t-il pas des blancs, des absences, des rejets ou des silences ; des patrimoines potentiels restés invisibles ? Les exemples sont multiples, quelles que soient les échelles locales ou globales à partir desquelles ils sont appréhendés : tels bâtiments industriels conservés ici resteront ailleurs en ruine, telle pratique, magnifiée ici, restera confidentielle là-bas, tel lieu de mémoire hautement patrimonialisé et commémoré en laissera d’autres dans l’ombre, en proie à l’ignorance à l’indifférence, parfois au mépris – toutes choses qui rappellent à quel point la fabrique du patrimoine repose sur des choix. Mais si nombre de travaux menés notamment au sein des « Critical Heritage Studies [1]» ont mis en évidence les enjeux politiques du patrimoine et la manière dont celui-ci renvoie à des rapports de pouvoir, variables selon les contextes (Harrison, Dias & Kristiansen 2023), moins nombreux sont ceux qui se sont intéressés aux « patrimoines silencieux » (Hatzfeld 2016), à ceux dont ne subsistent que des traces (Veschambre 2008), à ceux que tentent vainement de faire reconnaître les associations qui en sont porteuses (Barthelemy et Istasse 2022)[2]. Quels sont ces patrimoines invisibles ? De quels processus économiques, sociaux et politiques, leur invisibilité est-elle l’aboutissement ? De quels peurs, dénis, ignorance, indifférence ou mépris sont-ils l’objet et dans quels contextes ?

Mais l’invisibilité peut aussi être volontaire. Ne traduit-elle pas, dans certains cas, une volonté d’entre-soi, une résistance des communautés à la dépossession qu’induit souvent l’institutionnalisation de patrimoines reconnus ou labellisés (Noyes 2016). Comment repérer ces résistances ? Quelles formes prennent-elles ? Dans quelle mesure, autrement dit, les patrimoines invisibles sont-ils des patrimoines « taisibles » (Dussourd) ?

Dans certains cas enfin, l’invisibilité, qu’elle soit subie ou voulue, est source de créations nourries par l’imagination, à la manière du conteur d’Italo Calvino qui, par la magie du verbe, fait surgir dans le désert des « villes invisibles ». Dans cette perspective, on peut se demander comment des patrimoines disparus, ou qui ne subsistent que sous la forme de traces, donnent lieu à des réinventions (Hobsbawn et Rangers 1983) et à des réappropriations créatives, sous la forme, de spectacles, de mises en scène, de narrations, de fêtes, etc. ? 

Autant de questions que ce colloque vise à éclairer en suscitant des communications qui pourront s’organiser autour de deux axes complémentaires :

Axe 1 : les processus d’invisibilisation

Axe 2 : Des patrimoines « enrichis » : formes et représentations

Vous trouverez l’appel à communications complet ici.



Citer ce billet
Éléonore Martin (2024, 17 mars). [AAC] Patrimoines invisibles : processus, formes et narrations. Société française d'Ethnoscénologie (SOFETH). Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w157

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search