SKEN@S

FONDS ETHNOSCÉNOLOGIE : ARCHIVAGE ET NUMÉRISATION

Porteuse du projet :
Hyunjoo Lee

En collaboration avec :
Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord
IDEFI-CréaTIC
LEDEN
Centre Français du Patrimoine Culturel Immatériel de Vitré
Société Française d’Ethnoscénologie (SOFETH)

En 1995 année du colloque de fondation de l’ethnoscénologie, on était loin de ce XXIème siècle numérique. Nous rappelons que l’ethnoscénologie se situe dans le champ contemporain de l’anthropologie de l’esthétique en ayant pour objet d’étude les pratiques spectaculaires et performatives vivantes des différentes sociétés, avec le souci premier de les analyser dans leur propre contexte en maîtrisant toute forme de centrisme.

L’ethnoscénologie apparaît pour la première fois en public sous la forme d’un « manifeste », publié en mai 1995 par la revue Théâtre/Public. Manifeste que nous n’avons jamais examiné en cours ou dans les séminaires et qui, pourtant, situe clairement l’objectif du projet, inscrit explicitement dans le courant des postcolonial studies, des subaltern studies qui ont eu pour maître d’œuvre l’historien bengali Ranajit Guha, et de l’anthropologie croisée. « Manifeste » genre qui se situe entre la littérature, l’art et la politique mais jamais dans les sciences.

L’originalité de cette perspective tient en grande partie à la singularité des ses initiateurs, universitaires et artistes : le Laboratoire interdisciplinaire des pratiques spectaculaires, de Paris 8, Jean-Marie Pradier ; la Maison des Cultures du Monde – crée par Cherif Khaznadar et Françoise Gründ -, et le laboratoire de sociologie de l’imaginaire de Paris 7, dirigé par Jean Duvignaud. La nature même des archives rendait la tâche quasiment impossible : publications, littérature grise, correspondance, documents divers, objets, enregistrements audio-visuels, colloques, et autres :

a) Les archives de Jean Duvignaud, décédé en 2007 se trouvent en grande partie à l’IMEC. Le fonds 1933-2000 a été déposé par lui-même en 1999 ; il figure dans le sous-ensemble « arguments » et comprend 78 boîtes d’archives et 77 imprimés. Ces archives sont consultables par les chercheurs.

b) Une partie des archives de la Maison des Cultures du Monde se trouvent à Vitré, en Ille-et-Vilaine dans l’ancien Prieuré des Bénédictins qui héberge le Centre français du patrimoine culturel immatériel (CFPCI) dirigé par Séverine Cachat.

c) C’est en rendant visite à Cherif Khaznadar et à Françoise Grûnd, dans leur maison de Bretagne que nous avons trouvé une véritable caverne d’Ali Baba, fruit de multiples voyages de par le monde, et d’une activité artistique et institutionnelle intense.

d) Les publications et ouvrages de Jean-Marie Pradier, professeur émérite (Université Paris 8), l’un des quatre membres fondateurs de l’ethnoscénologie : plus de 250. Ce dernier point était attendu et espéré de la direction, et nous semblait également nécessaire et utile pour la formation des étudiants, et la documentation des chercheurs. C’est pour cela que nous avons décidé, avec la direction du Labex Arts H2H, de rassembler les articles et communications de Jean-Marie Pradier pour la troisième et dernière année du projet.

Nous avons procédé avec l’aide de Paul Forigua Cruz et Simon Seguier, stagiaires du Labex Arts H2H à la numérisation de ces 261 publications. Ce travail représente une première étape avant de réunir les travaux des enseignants, des chercheurs en lien avec la discipline. La parution de SKEN@S est une situation actuelle de ce projet work in process. Afin de faciliter la compréhension des lecteurs, nous vous proposons les trois grandes collections suivantes :

A. Évènements artistiques et scientifiques (151 documents).

B. Articles et communications diveres (110 documents).

B. Thèses, livres et revues (65 documents).

 La constitution d’un thesaurus permet de mieux comprendre la génétique de l’ethnoscénologie, les débats internes et externes qu’elle a suscités, chaque article répondant à des interrogations et des demandes d’éclaircissement. Nous avons ajouté les liens associés qui ont pour but d’adresser aux lecteurs les documents « doubles » déjà numérisés et publiés. Nous espérons que l’intégration de la cartographie facilitera la vision générale des thèmes et sujets de recherches, les terrains des chercheurs ainsi que les lieux d’édition pour les nombreux ouvrages relatifs à l’ethnoscénologie.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search